"1,2 milliard de Martiens"

Conclusion : Des terriens bien sympathiques

Benoît SAINT GIRONS

   

Faut-il donc vraiment être masochiste pour séjourner en Chine en dehors d'un voyage "aseptiquorganisé" ? Oui et non. Oui si l'on s'appelle Brigitte Bardot ou Nadine de Rotschild. Les personnes sensibles à la fumée de cigarette feraient également mieux de demander l'avis de leur médecin ou psychologue. Pour les autres, il serait malhonnête d'exagérer les désagréments rencontrés. Evidemment, la Chine n'est pas le pays d'Asie le plus facile à visiter: la langue chinoise perturbe la communication. C'est sans doute, par contre, l'un des plus intéressant : pour les sites chargés d'histoire et la diversité des paysages, pour la culture du passé, le capitalisme du présent et la puissance économique de l'avenir, pour le communisme de la théorie et l'individualisme de la pratique mais, surtout, pour le peuple chinois, si éloigné mais aussi, par bien des aspects, si proche de nous.

Si les chinois sont des martiens, ce sont des martiens qui nous ressemblent. Comme nous, ils manquent de sens civique, ont horreur des règlements et interdictions. Comme nous, ils sont indisciplinés et bagarreurs. Comme nous, ils sont fiers et orgueilleux. Comme nous, ils sont  chauvins. Comme nous, ils aiment bien boire et bien manger. Comme nous, ils aiment rigoler et faire la fête... S'ils avaient également peur que le ciel leur tombe sur la tête, nos amis chinois seraient de vrais gaulois !  Mais ils pourraient aussi être de vrais juifs puisqu'ils partagent avec eux de nombreuses valeur[1] : la famille, la communauté, l'éducation, la communion autour d'un bon repas et, surtout, le sens des affaires ! Ou encore de vrais américains : la bonhomie, la convivialité, le patriotisme, le libéralisme dans les affaires,...  Comme quoi, malgré les apparences, nous parlons presque la même langue ! Les vrais martiens seraient sans doute à rechercher plutôt du côté du Japon...

 

  

La suite de cette conclusion dans l'Ebook, pour liseuse Kindle ou tout autre écran...

 


[1] "To Shanghai with thanks"  Henryka Manès raconte pour le magazine Newsweek (23 septembre 1996), son arrivée à Shanghai et l'accueil et générosité des chinois à l'encontre des réfugiés. Lorsqu'elle leur dit qu'elle était juive, ils répondirent “Oh, vous êtes juste comme nous, juste comme nous.”  Shanghai fût l'une des rares villes au monde à accepter des réfugiés juifs d'Europe durant la seconde guerre mondiale.

 

Remonter...         Retour intro...

 


1.2 MILLIARD DE MARTIENS  © Copyrights depuis 1998 Benoît SAINT GIRONS
Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés pour tous pays.
http://www.passplanet.com / ben@passplanet.com